Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer

Le collectif Funkographer composé de deux Artistes français (Lorraine) à composé la série « Métha Stase » en plusieurs triptyques.

Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Ikushi, Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer
Présentation de la série « Métha Stase » par le collectif Funkographer

Présentation de la série « Métha Stase ».

Collectif Funkographer


Le collectif Funkographer composé de deux Artistes français (Lorraine) à composé la série « Métha Stase » en plusieurs triptyques.
La volonté première est d'eveiller les conscience au travers de l'Art
Cette serie elle, vise à questionner sur la valeur que nous accordons aux connaissances et à leurs biais cognitifs associés.

Nos connaissances et croyances évoluent par elles-même dans les cultures, chacun se sentant libre de se les approprier, et les déformant via divers biais, notamment fondamental d'attribution, d’ambiguïté, d’ancrage mental ou de confirmation.

Ce, que leurs interprétations et déformations soient à des fins intentionnelles ou non.

La base des compositions s’étant logiquement articulée autour de la recherche de réponses sur les faits et donnant son nom à la série.

 

Les triptyques ont donc un sens de lecture et un thème défini, mais sont cependant dissociables. Ils peuvent être interprétés avec libre arbitre. Titres et démarches explicatives (NDLR; disponibles sur leur site) étant là pour souligner et appuyer l'intention originale.
Les graphismes et formes géométriques vont également en ce sens en aiguillant ou trompant l’œil à partir de certaines règles de composition de l'Art et de la Photographie.

Les thèmes des oeuvres visent notamment à mettre en exergue le contexte de la place de la femme dans notre société.

Partant du principe que la majeur partie des scénographies modernes, ou issues du classicisme et des mythologiques relèguent la femme « émancipée » à un second rang et non dans une réalité concrète.

Sa force de jugement, sa volonté, sa puissance physique, les tabous quand à la nudité (et sa sexualisation) notamment, apparaissent alors clairement en opposition de phase avec la représentation commune de l’homme dans cette même situation, s’opposant alors aux représentations établies.

 

D'autres thèmes se développent sur le fait qu'historiens et/ou scientifiques ont différentes théories et avis tranchés, acceptés ou réfutés, sur les mêmes faits.
Qu'écrivains et artistes participent consciemment ou non et, volontairement ou non à l'aide d’œuvres de fiction, de romance d’événements historiques ou même par anticipation. Influençant et permettant ainsi la fondation de nombreux mythes urbains bien ancrés dans la croyance populaire. 

Le but étant donc de faire douter le spectateur de ses propres convictions et le forcer à se renseigner pour contredire ou conforter ses idées préétablies.

 

Des conceptions s'appuient également sur la dualité de l'Homme (de l'Humain) et des masques qu'il porte en société afin d'éviter le rejet ou le jugement, visant l'acceptation de ses contemporains au détriment de sa propre définition des choses. (NDA ; CF par exemples non-exhaustifs ; « Le joueur d’échecs » de Stefan Zweig, "Discours de la servitude volontaire" d'Étienne de La Boétie, ou encore le "Discours de la méthode" de René Descartes)
Thème assez criant dans un système ultra conditionné et dont personne ne semble pouvoir y échapper ou en maîtriser les rouages.

 

Enfin, les titres ayant une relation équivoque et explicite avec d'autres Œuvres et Arts déjà existantes et renommées. Ils y annexent les relations psychologiques que l'on porte au quotidien dans notre perception de ce que l’on connaît, de ce qui nous entoure et nous est soumis et que l’on juge créatif, dérivé à de bonnes fins, ou simplement plagié.

Tel que par exemple; le syndrome de Stendhal. (Qui, pour mémo, est “une maladie psychosomatique, provoquant des accélérations du rythme cardiaque, des vertiges, des suffocations voire des hallucinations chez certains individus exposés à une surcharge d’œuvres d’Art”). Évoquant par extension notre relation aux sensations, étant tous soumis à pléthore d'informations, publicités et Arts de toutes formes. Les dénuant alors de valeur, d’émerveillement ou d'intérêt d’étude dans la grande majorité des cas, si ce n’est par le ressenti primaire du cerveau reptilien nous incitant à la consommation, conditionné par le système.

 

Crédits ;

Le collectif Funkographer est composé de ;

Axel « Aramis » Camboni

Coraline « Geïko » Chaudey


 

Site; https://funkographer.fr/

Facebook; https://www.facebook.com/Funkographer

Instagram; https://www.instagram.com/thefunkographer/